L’avenir du circuit international de tennis fauteuil menacé

L’avenir du circuit international de tennis fauteuil menacé

Alors que le football, le cyclisme ou bien encore le tennis ont relancé leurs compétitions, le circuit international de tennis fauteuil n’a toujours pas de dates exactes de reprise. La Fédération International de Tennis (ITF) qui s’occupe également du tennis fauteuil doit annoncer dans les prochains jours un plan de relance. Mais cette incertitude pose de larges problèmes, des organisateurs de tournoi aux joueuses et joueurs, toujours dans l’expectative alors que la crise du Covid-19 continue d’ébranler le monde. L’Encre Battue se penche sur l’avenir, à court et moyen terme, du circuit international de tennis fauteuil.

Des annonces qui tardent de la part de la ITF 

Le circuit de tennis fauteuil international est en pause depuis le 16 mars, soit un peu plus de six mois. Du jamais-vu, évidemment. Des décisions ont été prises depuis que la COVID-19 a complétement bouleversé le calendrier de 2020 : gel des classements à partir du 16 mars, report des qualifications pour les Jeux Paralympiques de Tokyo et plan de soutien pour certaines joueuses et certains joueurs. Mais aucune n’est venue éclaircir la question de la reprise du tennis fauteuil à travers le monde. La date de reprise effective de la saison a été sans cesse repoussée. La ITF se laisse désormais jusqu’au 31 août pour annoncer un vrai plan pour la fin de saison. Il se pourrait bien que cela soit déjà trop tard pour un grand nombre de tournois qui ont déjà dû décider d’annuler leur édition.  Pour les peu nombreux à ne pas l’avoir encore fait, la situation reste très floue : « aujourd’hui, il y a beaucoup d’incertitudes, le travail de préparation est difficile car on navigue à vue » déplore Stéphane Goudou, directeur de l’Open Paratennis du Loiret qui doit se dérouler en novembre. Le maintien ou non de l’Open du Loiret se jouera dans les prochains jours en fonction de l’annonce de la ITF, comme pour tous les autres tournois de la fin de saison. 

circuit international de tennis fauteuil
Pauline Helouin, Tournoi Elite Tennis Fauteuil 2020, Simple Dames, Position 3-4, Photo : Cedric Lecocq / FFT

La survie des tournois internationaux en question 

La crise sanitaire mondiale a également touché les économies de tous les pays. Les tournois de tennis fauteuil n’échappent pas à cette observation, d’autant plus qu’ils sont, pour la plupart, dépendants des sponsors. « On a des soucis de partenaires qui ont des problèmes économiques. Il y a déjà des partenariats qui ont annulés nos accords, ce qui représente environ 10000€ de recette » détaille Goudou qui est dans l’attente d’un soutien de la part de l’organisme international. Selon lui, son tournoi est menacé si « la ITF ne donne ni compensations financières, ni aides technique » et surtout si « l’économie ne repart pas ». A cela s’ajoute le protocole sanitaire qui s’annonce lourd et couteux. Là aussi, l’aide de la ITF doit permettre de répondre aux inquiétudes et aux besoins des tournois. La ITF doit donc répondre à ces problématiques économiques pour sauver un circuit international qui tire la langue. 

Quid de la fin de saison ? 

La prochaine annonce devrait éclaircir la question de la fin de saison. Dans l’état actuel des choses, plusieurs options sont envisageables. La première est celle d’une reprise de la compétition en septembre pour les tournois pas encore annulés et qui peuvent supporter un protocole sanitaire important. Cette option poserait de nombreuses questions notamment celle des déplacements entre pays de certains joueurs. Certaines nations imposent une quarantaine quant d’autres ne l’obligent pas. L’autre problème est de l’ordre de l’équité. Comment l’égalité des chances pourrait être respectée quand tous les tournois encore maintenus se dérouleraient en Europe uniquement ? De plus, très peu de tournois seraient joués, ce qui ne permettraient pas à toutes les joueuses et tous les joueurs de participer et creuseraient un écart important.

La seconde option sur la table est celle d’un remodelage du calendrier, à l’image de ce qu’a pu faire l’ATP. Cela viserait à repenser le calendrier pour aider certains tournois et respecter une certaine équité. L’idée est simple : plus de tournois dans plus de lieux différents. Cette solution est peu plausible au regard du retard conséquent pris par l’ITF pour remédier aux problèmes. Enfin, la dernier possibilité, moins réjouissante, est celle de l’arrêt définitif de la saison 2020. Aucun tournoi ne serait joué dans le cadre du circuit international et le retour à la vie « normale » n’aurait lieu qu’en 2021. Les initiatives nationales seraient alors préconisées pour permettre aux athlètes de disputer des matchs. Quoi qu’il en soit, le flou et l’incertitude a assez duré, pour tout le monde. 

Auteur: Valentin Desanges