Qui est Angelica Bernal, vainqueur des Para Pan-Américain ?

Qui est Angelica Bernal, vainqueur des Para Pan-Américain ?

Angelica Bernal a remporté les Jeux Para Pan-Américain pour la première fois de sa déjà longue carrière. A 24 ans, la Colombienne rêve de briller lors des Jeux Paralympiques de Tokyo en 2020 pour lesquels elle vient d’obtenir un billet qualificatif. Découverte de cette jeune femme pleine d’ambitions.

Une grande expérience paralympique

Malgré son relatif jeune âge, Angelica Bernal possède déjà une riche carrière. Son premier des 214 matchs qu’elle a disputé sur le circuit international de tennis fauteuil remonte à 2007. Elle avait alors 12 ans et découvrait encore les rudiments de ce sport. En mai 2010, Angelica Bernal dispute son 1er tournoi en dehors de son pays natal. C’est le début de la grande aventure qui va la conduire, deux ans plus tard, à ses premiers Jeux Paralympiques.

A Londres, la Colombienne découvre pour la 1ère fois l’univers si particulier de cet événement planétaire grâce à une invitation accordée par la ITF. Celle qui se dit alors s’inspirer d’Esther Vergeer, l’ancienne championne de tennis fauteuil, n’a pas encore le niveau pour rivaliser avec les meilleures joueuses du monde. 

Angelica Bernal

Si les Jeux de 2012 ont été ceux de la découverte, ceux de 2016 lui ont laissé un goût plus amer. « J’attendais beaucoup de Rio 2016 et je m’étais beaucoup entraîné, mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. Je n’ai pas eu de chance avec le tirage au sort » déclara t’elle après s’être inclinée au 1er tour face à Marjolein Buis. Elle se promet alors de s’entrainer encore plus dur pour arriver fin prête aux Jeux de Tokyo en 2020. 

Les Jeux Paralympique de Tokyo en ligne de mire 

En mars 2017, Angelica Bernal avait déjà annoncé ses objectifs : «Je pense déjà à rendre Tokyo 2020 aussi fort que possible physiquement et mentalement. Je me vois gagner une médaille paralympique, je sais que je peux y arriver. » Depuis ses résultats ont parlé pour elle. Tout d’abord, la Colombienne est invaincue depuis août 2016 en Amérique du Sud. Ce qui signifie deux choses : qu’elle se sent très bien chez elle et qu’elle domine dorénavant la concurrence locale. Sa victoire finale aux Jeux Para-Pan Américain en est l’illustration parfaite. Elle a aussi atteint le meilleur classement de sa carrière en octobre 2017 (12ème mondiale) après notamment des victoires en Espagne et au Brésil. 

Une année 2019 fantastique 

Si sa progression est constante depuis ses débuts professionnels, Angelica Bernal réalise une ébouriffante saison 2019 qui l’a incontestablement fait changer de dimension. Elle occupe actuellement la 12ème place mondiale, ce qui n’est pas anodin en pleine année olympique, et, surtout, elle a dominé deux joueuses du top 10 mondial à la régulière. Spécialiste de la terre battue, elle a brillé à Berlin où elle a atteint la finale avec un tableau de chasse impressionnant (Venter, Famin, Shuker) mais aussi à Namur avec une victoire référence face à Sabine Ellerbrock. Son sacre aux Jeux Para Pan-Américain vient confirmer ses très bonnes dispositions en 2019. 

La jeune femme, qui évolue toujours avec des lunettes de soleil, peut viser très haut. A commencer par le Top 10 mondial qui se rapproche à toute vitesse. Elle n’est qu’à 100 petits points de Lucy Shuker, 10ème mondiale. La prochaine étape, la participation aux Grand Chelems, sera plus compliquée à atteindre à court mais le défi ne semble pas impossible. Mais la grande ambition d’Angelica Bernal sont les Jeux Paralympiques de Tokyo« J’étais très concentré et bien préparé avec mes entraîneurs. Je voulais vraiment donner une médaille d’or à mon pays et j’ai heureusement réussi à le faire » a déclaré la Colombienne après son titre au Chili. Et vous pouvez être sûr que la perspective d’une qualification directe pour Tokyo l’a motivée également énormément. 

En bref

  • Née en 1995 (24 ans)
  • Colombienne 
  • Amputée de la jambe droite
  • Meilleur classement en simple: 12ème
  • Meilleur classement en double: 14ème
Fermer le menu
Aller à la barre d’outils