La reprise du circuit de tennis fauteuil en suspens
Photo: Guillaume Baptiste

La reprise du circuit de tennis fauteuil en suspens

Alors que les pays entament un déconfinement progressif et que nous retrouvons petit à petit nos libertés d’antan, les joueuses et les joueurs de tennis ont repris le chemin de l’entraînement un peu partout dans le monde. Après deux mois de coupure, c’est une délivrance pour la plupart d’entre eux, un signe d’espoir dans un monde qui s’est considérablement obscurci depuis quelques semaines. La question de la reprise du circuit de tennis fauteuil se pose avec son lot d’interrogations et de guillemets. L’Encre Battue cherche à y voir plus clair ! 

Le 1er août, une chimère 

La ITF vient d’annoncer que la date d’une reprise des tournois internationaux était repoussée au 1er août, soit dans un peu plus de deux mois. Cette annonce remplace celle qui avait été annoncée par la ITF le 1er avril mais ne règle aucun problème. En effet, comme il paraissait peu concevable d’imaginer une reprise du circuit de tennis fauteuil en juillet, une reprise en août s’annonce également impossible. A cette date, la majorité des pays n’auront pas encore rouverts leurs frontières et le transport aérien sera toujours réduit. 

https://www.instagram.com/p/CAIW3FvJur1/

D’ailleurs, quasiment tous les tournois après le 1er août ont été annulés. La tournée en Belgique qui se déroule à cheval sur les deux mois estivaux n’aura pas lieu, tout comme les tournois prévus en Espagne, aux Etats-Unis et en Autriche. Pour le moment, seulement deux tournois sont maintenus fin août, en Lituanie et en République Tchèque. La possibilité de déplacer des tournois initialement prévus en début d’année en plein mois d’août pourrait être une solution mais celle-ci nécessiterait une organisation conséquente et surtout beaucoup de temps. 

Un espoir pour une reprise du circuit en septembre 

Passer un été entier sans disputer le moindre tournoi international est plus que probable pour les joueuses et les joueurs de tennis fauteuil. Durant cette période, ils devront sûrement se tourner vers des tournois nationaux qui ne comptent pas pour les classements mais qui apportent de l’expérience et qui offrent la possibilité de jouer. Une reprise le 9 septembre, date du premier tournoi de ce mois, est alors envisageable si la condition principale, à savoir l’évolution positive du virus, est remplie. Le problème est bien là car pour qu’une reprise des circuits internationaux soit possible, il faut que le virus est quasiment disparu de la surface de la terre. Ou alors qu’il soit contrôlé par un vaccin… La stratégie des grandes instances du tennis semble reposer sur une reprise des tournois au mois de septembre car deux grands chelems sont prévus à ces dates : l’US Open et Roland-Garros. Le tournoi parisien a envisagé le huit clos et pourrait bien s’y résoudre si c’est la seule manière de disputer le tournoi.

Si reprise il y a en septembre, il est sûr que le circuit devra s’adapter et qu’il ne ressemblera pas beaucoup à ce qui se faisait avant la pandémie. Mise en quarantaine, distanciation sociale et pleins d’autres mesures devraient entrer en vigueur et accompagner la vie des sportives et sportifs. 

Vers une saison 2020 quasi-blanche 

Malgré cet espoir de septembre, la solution qui paraît à ce jour la plus plausible est celle d’une saison 2020 blanche et donc d’une reprise de la compétition en janvier 2021. Si la ITF n’a pas encore annulé les tournois de septembre et fait d’autres annonces, c’est manifestement pour se laisser toutes les possibilités ouvertes car le scénario d’une reprise en 2021 serait le pire pour eux. Les conséquences économiques et sportives seraient immenses et personne ne pourrait savoir à quoi ressembleront les premiers tournois après près de 10 mois de pause. 

Le French Riviera n’est pas annulé.

La reprise du trafic aérien, la réouverture des frontières, la vaccination… Tous ces éléments, indispensables pour que le circuit international redémarre, ne semblent pas pouvoir être réunis après les vacances d’été. L’avenir de tous les tournois qui n’auraient pas eu lieu en 2020 serait remis en question. Sur le circuit de tennis fauteuil, ils sont moins puissants, moins riches que sur le circuit de tennis « valide ». Le risque est réel de voir beaucoup de tournois disparaître en 2021 sans que d’autres n’aient eu le temps d’être créés. 

L’équation est complexe pour les joueuses et les joueurs également qui s’apprêtent à passer de longs mois sans compétition. L’horizon de 2020 devait leur offrir une plus grande médiatisation avec les Jeux Paralympiques qui motivaient tous les athlètes. Tous rêvaient de Tokyo, certains étaient revenus à la compétition pour cet objectif, d’autres avaient décidé d’en faire leur fin de carrière. C’était le cas notamment de Charlotte Famin, actuelle n°1 française, qui se demande quelle suite donner à sa carrière. Pour celles et ceux qui reprendront la compétition, la question de la qualification pour les Jeux se posera mais elle est liée à celle de la reprise de la compétition. L’espoir renaît mais les questions demeurent.

Auteur: Valentin Desanges

Fermer le menu
Aller à la barre d’outils